Nos actions

Groupe de travail Inclusion

Le groupe de travail inclusion initie et développe une réflexion sur la problématique de l’inclusion et de la diversité dans les actions de CSTI. Initié en 2021 à la suite du Congrès de l’Amcsti à Lyon, ce groupe de travail s’est ensuite réuni en 2022 lors d’une réunion ouverte à l’ensemble du réseau pour connaître les attentes des membres sur le sujet.

L’inclusion vise à penser et à lutter contre les processus d’exclusion pouvant exister dans les cultures scientifique, technique et industrielle pour donner à toutes et à tous les moyens de participer et de contribuer à la société.

La définition de l’inclusion, consolidée à partir du travail du Collectif Diversci.eu et du travail de la sociologue Clémence Perronnet, englobe trois volets :

  • Approche intersectionnelle de l’inclusion : Pour tenter d’aborder le problème dans son ensemble, il est nécessaire d’envisager l’inclusion comme la prise en compte de processus d’exclusion. Ces processus sont le résultat de la combinaison de rapports de force sociaux qui sont structurés par des facteurs d’inégalités multiples (rapports ethno-raciaux, classe sociale, genre, handicap, âge, etc.) non-hiérarchisés, qui se croisent et se renforcent, et sont liés à la situation spécifique d’un individu ou d’un groupe d’individus.
  • Approche systémique de l’inclusion : Pour produire des effets, la démarche inclusive doit recouvrir une dimension institutionnelle, qui implique d’apporter un regard critique sur sa propre institution en la considérant comme un lieu de pouvoir, potentiellement producteur de systèmes d’oppression. Changer sa manière de travailler, revoir sa structure, sa gouvernance, et ses pratiques sont des étapes clés vers la remise en cause de ces relations de pouvoir, et donc vers une conception inclusive de la CSTI.
  • Approche « en-capacitatrice » de l’inclusion :  Penser l’inclusion nécessite d’envisager la possibilité qu’ont les publics, malgré les facteurs d’inégalités et les structures sociales dans lesquels ils sont imbriqués, de modifier leur environnement et leur place dans celui-ci. Les publics ne sont pas passifs mais disposent d’une capacité à agir et à participer aux actions et pratiques de CSTI : inclure les publics ne revient donc pas seulement à « aller vers » eux, à les « atteindre », mais suppose d’impliquer les personnes concernées dans ce changement.

 

Sources : Clémence Perronnet, La bosse des maths n’existe pas. Rétablir l’égalité des chances dans les matières scientifiques, Editions Autrement (Flammarion), 2021 ; Clémence Perronnet, Synthèse pour l’Ecole de la médiation – Universcience, décembre 2022 ; Site web Diversci.eu.

Inclusion est une série de webinaires coordonnés par l’Amcsti dans le cadre de son groupe de travail sur la question de l’inclusion et de la diversité. L’objectif est de permettre aux membres du réseau de se familiariser avec le concept d’inclusion, au travers d’un thème spécifique abordé dans chaque webinaire. Nous vous proposons de découvrir des spécialistes du sujet ainsi que les expériences d’acteurs et d’actrices ayant mis en œuvre des initiatives inclusives, et d’échanger avec elles et eux.

« Pas de recette magique, ni d’outils clés en main », mais plutôt un programme orienté vers la compréhension et la découverte d’expériences sur le thème de l’inclusion. Une démarche inclusive s’inscrit dans un temps long, comme le souligne la sociologue Clémence Perronnet dans son étude de 2021 : La bosse des maths n’existe pas. Rétablir l’égalité des chances dans les matières scientifiques. L’ambition de ces webinaires n’est donc pas de fournir un “mode d’emploi” de l’inclusion. Il s’agit en revanche de se poser les questions pertinentes, de faire découvrir des expériences et des ressources inspirantes, de permettre de rencontrer des personnalités et des structures qui agissent pour une CSTI plus inclusive et de favoriser la réflexivité pour ainsi donner envie d’agir.


Inclusion #1 – « Définir l’inclusion en CSTI »

Le premier volet de la série de webinaires Inclusion s’est tenu le mardi 20 septembre 2022 sur le thème « Définir l’inclusion en CSTI »

Lire la synthèse complète du webinaire Inclusion #1

 

Les interventions
  • Catherine Oualian, Chargée de Formation à l’Ecole de la Médiation, sur la question du vocabulaire de l’inclusion en CSTI ;
  • Vanessa Mignan, Membre fondatrice du collectif européen Diversci.eu et consultante et formatrice indépendante, pour réfléchir à l’inclusion au-delà de la simple question de l’accès des publics ;
  • Gabrielle Harrisson, Chargée de projets à la médiation culturelle et communautaire, et Nadine Davignon, Chargée de projets éducatifs au Musée de la Civilisation à Québec, pour partager l’expérience du Musée de la Civilisation de Québec sur la problématique de l’inclusion.

 

Point de vocabulaire : L’inclusion en CSTI

Les participant·e·s utilisent en majorité le terme “inclusion” car il permet d’éviter la stigmatisation et la sectorisation. Les termes “diversité” et “accessibilité” sont également beaucoup utilisés. Parmi les structures présentes, l’inclusion est une responsabilité partagée.
L’inclusion signifie se demander “qui est valorisé?”
L’accessibilité vise à favoriser un accès égal à la culture (approche centrée sur les publics), quand la diversité s’intéresse aux variétés de profils et d’attributs dans l’accès et la fabrique de la culture (approche tournée vers les publics et les équipes). L’inclusion permet de prendre en plus en compte les rapports d’exclusion.
Une démarche inclusive donne à tout le monde les moyens de participer et de contribuer à la société. Cela implique d’apporter un regard critique sur nos propres pratiques et d’initier un changement à l’échelle de l’institution.


Inclusion #2 – « Médiation et la question de l’égalité femmes-hommes »

Le second volet de la série de webinaires Inclusion s’est tenu le jeudi 1er décembre 2022 sur le thème « Médiation et question de l’égalité femmes-homme ».

Lire la synthèse complète du webinaire Inclusion #2

 

Les interventions
  • Fanny Bilak, Chargée de projet au Cercle FSER pour le point de vocabulaire
  • Astrid Leray, Fondatrice du Cabinet Trezego, sur l’exemple des travaux entrepris dans différents musées normands pour redonner leur juste place aux femmes
  • Céline Nadal, Fondatrice de MuseoScience et muséographe pour le projet de la Maison Poincaré, sur la conception d’un parcours permanent égalitaire
  • Cécile Delalande, Directrice Artistique d’Ars Anima et Marine Hervé, Chargée de marketing et projets à Cap Sciences autour d’un projet de médiation sciencesociété inclusif “L’exposition spectacle 24h de la vie d’une femme”

 

Point de vocabulaire : L’inclusion et la question du genre

La question de l’égalité femmes-hommes fait partie de la problématique plus large du genre. Les représentations du genre changent selon les cultures et les époques.
Importance d’utiliser les “bons mots”, à travers des concepts clés :
– L’identité de genre : correspond au genre qu’une personne ressent intimement et individuellement.
– L’expression de genre : la manière dont une personne présente son genre à travers son langage corporel, des choix esthétiques ou des accessoires qui peuvent avoir ététraditionnellement associés à un genre particulier, et ce, sans égard à son identité de genre.


Inclusion #3 – « De la ‘conception universelle’ à la co-conception… ou vice-versa »

Le troisième volet de la série de webinaires Inclusion s’est tenu le jeudi 16 février 2023 sur le thème « De la conception universelle à la co-conception … ou vice-versa ».

Lire la synthèse complète du webinaire Inclusion #3

 

Les interventions
  • Catherine Oualian, Chargée de formation, Ecole de la Médiation – Universcience pour le point de vocabulaire
  • Muriel Molinier, Chercheuse en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paul Sabatier Toulouse 3, sur le concept de “conception universelle”
  • Vera De Sousa, Chargée de mission participation citoyenne pour la Ville de Cachan, sur la construction d’un projet de concertation ou de participation avec l’exemple du projet QSEC2
  • Pauline Ducoulombier, Responsable des opérations culturelles, Le Dôme, et Nabil Znagui, Participant au programme Territoires Partagés, sur l’intégration des publics exclus dans les activités de médiation d’une structure

 

Point de vocabulaire : Faire participer les publics

Il existe différents types de participation des publics qui répondent à des objectifs spécifiques et recouvrent différentes réalités d’implication des publics.
La participation pose la question des valeurs et interroge nos manières de fonctionner en tant qu’institution.
Classification de la participation selon le rôle donné aux publics (Nina Simon, The Participatory Museum) : projets contributifs (sollicitation ponctuelle des publics) ; projets collaboratifs (partenariat avec les publics contrôlé par l’institution) ; projets co-créés (co-production des actions avec le public) ; projets accueillis (montage et développement du projet par les publics)


Inclusion #4 – « Neutralité et biais ? »

Le troisième volet de la série de webinaires Inclusion s’est tenu le lundi 15 mai 2023 sur le thème « Neutralité et biais ? »

Lire la synthèse du webinaire Inclusion #4

 

Les interventions
  • Alexia Sonnois, Responsable de mission inclusion et innovation sociale, Cap Sciences pour le point de vocabulaire
  • Auriane Djian, référente IA pour l’Association WAX Science sur les mécanismes de propagation des biais sociaux
  • Tess Meyer, chargée d’actions culturelles à l’Institut du Monde Arabe (IMA), sur l’exposition “Habibi Les révolutions de l’amour” comme exemple de l’exposition d’une plus grande diversité de points de vue
  • Ute Sperrfechter, Chargée de Développement et Innovation sociale à l’EPCC La Condition Publique (Roubaix) sur le projet “Des futurs désirables” sur le changement de nos représentations en tant qu’institution culturelle.

 

Point de vocabulaire : Intersectionnalité VS Essentialisation
  • Origine du concept : 1989, avocate Kimberley Crenshaw (Etats-Unis) défend l’idée que la race, la classe sociale, le genre (entre autres) se conjuguent pour construire une situation propre à chaque individu.
  • L’intersectionnalité permet de comprendre que chacun les systèmes d’oppression de la société dans laquelle on vit se croisent et se rencontrent pour former la situation d’un individu. Les systèmes
    d’oppressions et de privilèges ont été résumés par Sylvia Suckworth dans sa “roue des privilèges”.
  • L’approche intersectionnelle est utile car elle donne du pouvoir d’agir et permet de dépasser le biais d’essentialisme qui réduit l’individu qu’à un caractère unique considéré comme inné et en le liant à des préjugés moraux.

Il existe de nombreuses ressources disponibles en ligne en lien avec les questions de diversité, d’équité et d’inclusion. Cependant, leur multiplicité et leur éparpillement les rendent difficile d’accès. C’est pourquoi, le groupe de travail inclusion souhaite compiler les ressources existantes pour les mettre à disposition des membres du réseau de l’Amcsti. Cette base de données est en cours de conception et sera mise en ligne sur l’espace membre prochainement.

NB : Si votre structure est adhérente au réseau, mais que vous n’avez pas accès à l’espace membre, vous pouvez faire une demande auprès de l’équipe salariée de l’Amcsti à l’adresse : contact@amcsti.fr. Un identifiant vous sera attribué et vous pourrez alors vous connecter.

Le groupe de travail inclusion développe actuellement un programme de mentorat pour accompagner les structures volontaires dans la conception et la mise en œuvre d’une stratégie EDI. Cet accompagnement nécessite un engagement fort des directions et des équipes, puisqu’il va initier des changements au niveau institutionnel. Chaque structure sera accompagnée par une autre plus aguerrie qui lui fournira des outils et des modèles pour initier la transformation. Cet accompagnement étant réalisé sur plusieurs mois, seul un nombre limité de structures pourra suivre le programme tous les ans.

Le projet est encore en phase de conception. Un appel à candidature pour rejoindre ce programme sera lancé au printemps 2024.

Les personnes investies dans le groupe de travail sont :

  • Francesca Aceto et Marie Pierron (Ville d’Ivry)
  • Julie Adam et Eléonore Govillas (Université de Lorraine)
  • Rachel Arnould (Université de Toulouse)
  • Adeline Aumont (Ville de la Rochelle)
  • Coline Barré (AFNEUS)
  • Pierre Berrier (TRACES)
  • Alice Charbonnier (Musée de l’air et de l’espace)
  • Sylvie Ducki (Sigma Clermont)
  • Agathe Franck (Cercle FSER)
  • Julie Giraud (Toulouse Métropole)
  • Marie Lemay (Ombelliscience)
  • Marina Leonard (Quai des savoirs)
  • Noemie Lozac’h-Vilain (Accustica)
  • Nicolas Mangeot (Citéco)
  • Anne Médard (Muséum de Marseille)
  • Céline Neau (La Rotonde)
  • Catherine Oualian (Ecole de la médiation – Universcience)
  • Fabio Perruchet (Océanopolis)
  • Adrien Rossille (Maison Poincaré – Institut Poincaré)
  • Alexia Sonnois (Cap Sciences)
  • Christelle Spettel (Jardin des sciences)
  • Aurore Valex (Université de Lyon)

Contact

Renaud Sorot, chef de projet Animation de réseau
renaud.sorot@amcsti.fr