Acquisition et diffusion de la culture scientifique zoologique via l’AFdPZ

Territoires en action
Atelier-pedagogique-ZooParc-de-Beauval-e1467108119511

L’Association Française des Parcs Zoologiques (AFdPZ) regroupe 80 institutions en métropole et outre-mer. Elle a notamment pour objet d’aider ses membres à assurer leurs missions officielles de conservation, d’éducation et de recherche, imposées par les arrêtés du 25 mars 2004.

 

Les parcs zoologiques répartis sur l’ensemble du territoire français constituent un formidable outil de diffusion des connaissances sur la faune sauvage via la pédagogie, et une activité de recherche y est développée en s’appuyant sur la richesse des collections qui y sont gérées.

Ces activités contribuent à la conservation de la biodiversité pour laquelle les parcs zoologiques œuvrent. Ils financent d’ailleurs des programmes de conservation et de recherche dans le monde entier à hauteur de plus de 2,5 millions d’euros par an. De plus, cette année l’AFdPZ a versé 46 000 euros à 8 programmes.

Éthologie, reproduction, pathologie et médecine vétérinaire, génétique, nutrition, anatomie, ostéologie, physiologie sont autant de domaines, sans être exhaustifs, auxquels les parcs zoologiques apportent leur contribution grâce à des collections animales très diverses qui sont accessibles à un grand nombre de chercheurs et d’étudiants. Les parcs zoologiques participent également à l’élaboration de bases de données génétiques et de banques de tissus.

De nombreux partenariats scientifiques sont établis entre les parcs zoologiques et les institutions de recherche ainsi qu’avec les ONG de conservation.

Pour la recherche, nous pouvons par exemple citer :Formation-veterinaire-ZooParc-de-Beauval

  • les Écoles Nationales Vétérinaires
  • le MNHN de Paris et les autres Muséums en région
  • l’INRA
  • l’Institut Pasteur
  • le CNRS
  • l’Institut de Médecine Tropicale (Marseille)
  • l’Institut Gustave Roussy (Paris)
  • et beaucoup d’Universités (Tours, Montpellier, Dijon, Angers, Paris XIII, etc.)

Les informations ainsi recueillies sur les espèces animales menacées, l’identification de leurs besoins et leurs menaces sont des éléments indispensables à leur conservation in situ et à l’amélioration de leur gestion ex situ.

Ce pool d’informations est ensuite diffusé à plus de 15 millions de visiteurs par an par le biais d’activités éducatif telles que des panneaux pédagogiques, des visites guidées, des ateliers pour les scolaires, des expositions thématiques, qui permettent de sensibiliser un large public à la protection de la nature.

Au travers des programmes de conservation in situ, les parcs participent aussi à l’éducation des populations locales vivant dans les mêmes milieux que les espèces en voie de disparition, en leur expliquant l’importance de ce patrimoine et en proposant des solutions de protection et de revenus alternatifs (par exemple : l’écotourisme).

Le partage des connaissances des professionnels des zoos passent également par :

  • les publications : thèses (ex : participation technique et cofinancement par 13 institutions zoologiques d’une thèse sur l’Écologie Sensorielle des Rapaces), publications scientifiques, articles de vulgarisation (ex : Journal de l’AFdPZ La Licorne), rapports de stage, guidelines d’élevage, etc ;
  • l’encadrement d’étudiants et de stagiaires (universitaires, vétérinaires, soigneurs entre autres) au sein des parcs ;
  • la participation aux formations initiales : cours ponctuels dispensés dans les écoles de soigneurs ou en universités sur des thématiques précises ;
  • l’organisation de formations à l’attention des professionnels de la branche par l’AFdPZ, agrée comme organisme de formation professionnelle ;
  • l’organisation et la participation à des colloques y compris à l’international ;
  • la réalisation de documentaires et reportages télévisés.

De façon plus générale, l’AFdPZ réalise du lobbying auprès du Parlement européen pour faire connaître les activités des parcs zoologiques. Dans ce contexte, l’AFdPZ co-organise une exposition au Parlement européen de Bruxelles en mars 2014.