Amcsti et loi de programmation de la recherche 2021-2030

Amcsti
© Ell Brown CC BY
© Ell Brown CC BY

Vendredi 20 novembre 2020, le Sénat a définitivement adopté le projet de loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur. Pour lire le texte définitif : http://www.senat.fr/petite-loi-ameli/2020-2021/117.html

Les amendements proposés par l’Amcsti et adoptés par l’Assemblée Nationale n’ont pas été modifiés.
http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3500_projet-loi

Grâce aux actions menées par les membres de l’Amcsti notamment, ce projet provisoire a été amendé de façon significative sur les volets concernant la CSTI et ses acteurs.

Tout d’abord un article a été inscrit dans la loi concernant les politiques menées en faveur de la CSTI, alors que ces questions n’étaient abordées que dans l’annexe du rapport initial. Cet article (art. 26) prévoit « un état des lieux des politiques menées en faveur de la CSTI et un premier bilan de la stratégie nationale de CSTI établie en 2017. » C’est donc une opportunité pour continuer nos actions auprès des divers acteurs institutionnels dans les prochains mois, pour rappeler l’importance des politiques et actions des membres de notre réseau et figurer en bonne place dans la future stratégie nationale de CSTI.
Les demandes d’amendements directement portés par l’Amcsti ont été retenues :

  • Consacrer au moins 1% du budget d’intervention de l’ANR au partage de la culture scientifique, via des appels à projets dédiés mais aussi en finançant un volet « recherche participative » ou un volet « culture scientifique » dans le cadre des projets de recherche « volontaires », en partenariat avec les acteurs de la culture scientifique, technique et industrielle, et en soutenant des programmes de médiation scientifique et des initiatives remarquables d’associations de la société civile participant à des projets de recherche financés par l’ANR.
  • Permettre à tous les élèves, au cours de leur scolarité, de découvrir au moins un établissement dédié à la culture scientifique, technique et industrielle ;

Des mesures ont également été retenues pour valoriser les actions de promotion de la CSTI par les chercheurs et les établissements de recherche.

Enfin le projet de « Maison Sciences et Médias » est devenu une initiative visant à créer une dynamique d’actions ou un réseau « Science et médias », qui pourrait être territorialisé par un nombre limité d’initiatives organisées autour de l’université locale et de ses partenaires, pour développer les relations et permettre la mise en contact rapide entre journalistes et chercheurs, favoriser l’accès des citoyens à une information scientifique fiable et accroître l’apport d’éclairages scientifiques dans les débats publics sur les grands sujets actuels. Cette définition demeurant assez large, elle devrait permettre aux acteurs de la CSTI et aux journalistes de collaborer objectivement.

En savoir plus sur le projet de loi de programmation de la recherche 2021-2030 sur le site du ministère