La Canopée des Sciences en Guyane : regard scientifique sur un patrimoine local

Territoires en action
canopee-des-sciences-1
© La Canopée des sciences

Cet article présente l’expédition conduite en mai 2013 sur le thème central de l’eau.

 

Dès ses débuts, la Canopée des Sciences s’est attachée au rapprochement entre science et société, jusqu’alors trop peu développé en Guyane et quasiment absent hors des agglomérations du littoral. Elle s’est donné comme objectif d’irriguer l’ensemble du territoire, par un programme d’animations itinérantes avec son « Camion des Sciences » et des expéditions en « Pirogue des Sciences ».

 

La Guyane : un patchwork communautaire

Au nord de l’Amérique latine, la Guyane est un vaste territoire d’une superficie équivalente au Portugal. Ses 250 000 habitants se répartissent majoritairement sur le littoral. Un chapelet de villages longe les fleuves intérieurs (Le Maroni et l’Oyapock) et ne sont accessibles que par pirogue. Le peuplement de la Guyane s’est fait par vagues successives : les Amérindiens, les colons européens, les esclaves africains, les bagnards métropolitains… puis la ruée vers l’or et l’arrivée du centre spatial européen à Kourou. Ainsi, la Guyane est une mosaïque culturelle et linguistique constituée d’une quinzaine de communautés.

 

Océan, fleuves, criques, marais, mangroves, pluies : l’eau est partout en Amazonie.
canopee-des-sciences-2
© La Canopée des sciences

Dilo, Tuna, Wata : l’eau est un élément placé au coeur du quotidien, des contes, des usages et savoirs traditionnels des peuples amérindiens, bushi-nengués et créoles. Pollution de l’eau et accès à l’eau potable sont des enjeux majeurs, pour la Guyane comme pour tout citoyen du monde.

La Canopée a conçu l’atelier : « Qui a déjà vu un microbe ? ». Les participants explorent dans une goutte d’eau prélevée dans une flaque aux abords de l’école, un monde vivant microscopique, insoupçonnable à l’oeil nu… Une fois placée entre lame et lamelle de microscope, la goutte d’eau révèle aux enfants et aux parents émerveillés une myriade de bactéries et de protozoaires. Nos animateurs guident avec dynamisme le public sur la piste de Louis Pasteur, des microbes, de la prolifération bactérienne et de la stérilisation dans l’industrie agroalimentaire. Les premiers êtres vivants formés d’une seule cellule se déplacent et se reproduisent sous leurs yeux… !

 

Bref récit de l’expédition de la Canopée des Sciences (mai 2013)
canopee-des-sciences-3
© La Canopée des sciences

Les premières difficultés résident dans le transport en pirogue. Dans ce cas, les agences de voyage ou l’office de tourisme ne sont d’aucun secours, car le fleuve Maroni n’est pas une voie navigable. Heureusement, le rectorat de Guyane met régulièrement sa pirogue à disposition de la Canopée pour les visites sur le Maroni, en pays des noirs marrons Boni comme en pays amérindien Wayana.
La pirogue s’arrête près des écoles isolées. Les populations ne parlent que très peu le français, les élèves le découvrent comme langue étrangère en intégrant l’école. L’arrivée de la pirogue suscite curiosité et intérêt, et suit un rituel bien rôdé : arrivée la veille, installation du campement en hamac, organisation des repas et surtout visite aux enseignants du village pour l’organisation des rotations des élèves.

canopee-des-sciences-4
Microscopie à la maternelle © La Canopée des sciences

 

Une journée type :
  • Le matin, déballage des caisses étanches et installation des ateliers d’animation.
  • Accueil des classes et répartition des élèves par groupe de 8 à 10 élèves.
  • Répartition des groupes dans les trois ateliers.
  • Animation d’environ 30 minutes.
  • Rotation des groupes…
  • Au bout de deux heures, changement de classe et bis repetita.
  • Le soir, nettoyage et rangement des matériels…

Grâce à l’atelier microscopie conçu par la Canopée, plus de 600 enfants et adultes ont découvert l’intimité de la vie microscopique et secrète d’une goutte d’eau !