Culture scientifique et reconnaissance, l’étape européenne

[Re]connaissance
projet System

Centres de sciences, fab labs, blogs, festivals, cafés scientifiques, living labs… Nos différents programmes de médiation des sciences prennent plusieurs formes mais partagent peu ou prou les mêmes objectifs : « éclairer les citoyen·ne·s et leur donner les moyens de renforcer leur curiosité, leur ouverture d’esprit et leur esprit critique »1. Nous sommes nombreux à mettre en avant notre capacité à créer des espaces d’apprentissage qui promeuvent la créativité, la collaboration, l’esprit critique, l’autonomie, le pouvoir d’agir et les réflexions. Reconnaître l’expérience et les compétences acquises par nos publics constituent un enjeu majeur, d’autant plus pour les publics empêchés ayant un accès limité à l’éducation formelle. Pour ces publics, ces espaces d’apprentissage non formels ou informels peuvent devenir essentiels pour s’orienter vers une formation, accéder à un emploi, ou plus simplement renforcer leur confiance en eux.

Au delà de la question de la validation des aptitudes et des compétences acquises dans le contexte de la communication des sciences, se pose celle de la légitimité de nos institutions et de la pertinence de nos programmes.

C’est ce que propose le projet européen SySTEM2020, porté par la Science Gallery à Dublin (Irlande). SySTEM 2020 veut identifier et mieux comprendre l’impact des pratiques d’apprentissage informel et non formel chez les jeunes européens de 9 à 20 ans.

3-3-system

Avec les chercheurs du Centre pour l’innovation sociale de Vienne, SySTEM cherche à mieux comprendre les interactions complexes de différents espaces d’apprentissage au niveau de chaque apprenant·e. Cette étude suivra 1 500 jeunes européen·ne·s pendant deux ans pour comprendre comment ils et elles construisent leur propre environnement d’apprentissage et leur culture scientifique entre l’école, la maison, les centres et musées de science, les vidéos sur internet, les bibliothèques, etc. Cette recherche étudiera donc la complexité des interactions entre éducation formelle, informelle, et non-formelle et à quel point elles se complètent et s’influencent les unes les autres à travers des questionnaires, des entretiens et des groupes de discussions.

SySTEM 2020 souhaite aussi cartographier les activités de culture scientifique européenne dans leur diversité. En particulier celles qui allient science, technologie, ingénierie, arts et mathématiques (STEAM) en Europe.

Cette carte est à la fois une opportunité de visibilité mais aussi de mise en réseau à l’échelle européenne. L’ensemble des informations recueillies seront analysées et partagées.

SySTEM prévoit plus de 2 000 initiatives sur sa carte… Combien seront françaises ?

Apprentissage formel, informel, non formel, quelle différence ?

Apprentissage formel : apprentissage dans un environnement organisé et structuré (par exemple dans un établissement d’enseignement ou de formation) et explicitement désigné en tant qu’apprentissage (en termes d’objectifs, de temps ou de ressources). L’apprentissage formel est intentionnel du point de vue de l’apprenant·e.

Apprentissage non formel : apprentissage intégré dans des activités planifiées qui ne sont pas explicitement désignées comme activités d’apprentissage (en termes d’objectifs, de temps ou de ressources).
L’apprentissage non formel est intentionnel de la part de l’apprenant·e.

Apprentissage informel : apprentissage découlant des activités de la vie quotidienne liées au travail, à la famille ou aux loisirs. Il n’est ni organisé ni structuré (en termes d’objectifs, de temps ou de ressources).
L’apprentissage informel possède la plupart du temps un caractère non intentionnel de la part de l’apprenant·e.

Source : cedefop, 2008

Pour aller plus loin

Participer à la carte européenne de la CST : https://form.system2020.education/fr/form/organisation

En savoir plus sur le projet SySTEM 2020 : www.system2020.education

  1. Extrait de la stratégie nationale de culture scientifique, technique et industrielle