Expédition Atacama

Explorer les transitions
DSCF3251©Atacama2017

13 avril 2017, 24°49’s, 69°55’W, nous sommes dans le désert d’Atacama, au Nord du chili.

Enserré entre une cordillère côtière et une cordillère des Andes qui ne laissent que très rarement passer les pluies, ce désert en altitude est connu pour être le plus aride au monde et ce depuis des centaines de milliers d’années. Avec deux conséquences, il est l’un des meilleurs endroits de la planète pour observer le ciel et il assure une préservation exceptionnelle des météorites qui au fil du temps, s’accumulent sur ce territoire sans être détruites par l’humidité. Deux bonnes raisons pour faire du désert d’Atacama, la première destination d’une nouvelle activité du Muséum de Nantes : l’expédition scientifique.

Nantes et les expéditions scientifiques, une très longue histoire

En 1766, emmenée par Bougainville, la première grande expédition scientifique commence son périple, les frégates la Boudeuse et l’Étoile, quittent le port de Nantes. Voies maritimes commerciales ou d’expéditions scientifiques et naturalistes, Nantes cultive son passé, celui qui a inspiré Jules Verne à travers l’ensemble de son œuvre.

De nombreuses autres expéditions scientifiques sont passées : Nantes et le Muséum, par ses collections, en témoignent depuis plus de 200 ans. Ouvert sur sa ville et ses habitants, le Muséum n’a de cesse de rendre les sciences accessibles à tous et pour tous, de raconter son histoire et d’en écrire de nouvelles pages en renouant avec son passé.

Les conditions d’exploration ont radicalement changé depuis le 18è siècle et il est possible maintenant de mobiliser de jeunes lycéens nantais pour relancer les expéditions scientifiques de Nantes et son Muséum. Ainsi, en janvier 2017, les lycéens de la métropole nantaise ont été invités par le rectorat de l’académie de Nantes à un concours particulièrement exigeant dont l’épreuve principale consistait à écrire une nouvelle d’une découverte scientifique à la manière de Jules Verne.

31 dossiers furent analysés par un jury qui a sélectionné 4 lycéennes (Charlotte, Élise, Louise et Maïa) et 2 lycéens (Mathis et Stanislas), élèves de 1ère S à l’exception de Maïa, élève de terminale S mais tous extrêmement motivés puisque quatre d’entre eux veulent s’orienter vers les métiers du ciel ! Luc et Jim Labenne, tous deux spécialistes de la collecte de météorites sur le terrain, ont spontanément accepté de partager leurs lieux de chasse dans l’Atacama, condition sine qua none pour une réussite de l’expédition (le désert s’étend sur plus de 100000 km2).

Six lycéens, deux chasseurs de météorites, deux représentants du Muséum de Nantes (Jonathan Orain, médiateur et responsable pédagogique, Philippe Guillet, directeur du Muséum), une spécialiste des météorites (Brigitte Zanda du Muséum national) et un réalisateur audiovisuel ont constitué l’équipe de terrain. L’expédition a eu lieu du 11 au 23 avril 2017.

Un plein succès de l’expédition et une suite

Observation du ciel au SpaceObs dirigé par Alain Maury à San Pedro de Atacama, visite du VLT au Cerro Paranal, collecte d’une soixantaine de météorites et de très nombreuses tectites… L’expédition a été un plein succès relayée par la presse grâce à un partenariat avec le Labo des Savoirs (prix Diderot 2015) qui diffusait au jour le jour le blog rédigé par les lycéens eux-mêmes, blog amplement repris par les réseaux sociaux.

Au retour de l’expédition, le travail se poursuit de différentes manières :

  • Étude scientifique sur les météorites collectées menée par les lycéens en lien avec le laboratoire de planétologie et de géodynamique de l’université de Nantes,
  • Conférences dans les lycées, présentation de l’expédition lors de la remise des prix des olympiades de la science, publications des nouvelles des lycéens…
  • Préparation d’une exposition relatant l’expédition de février à juin 2018 au Muséum de Nantes,
  • Participation à l’Exposcience internationale programmée en juillet 2018 pour toute l’Amérique latine à Antofagasta aux portes du désert d’Atacama précisément,
  • Restitution de 30 % de chaque météorite et de 20 % des tectites collectées au conservatoire national des météorites du Chili conformément à l’accord avec le gouvernement chilien pour cette expédition scientifique.

Vers de nouvelles expéditions ?

Le succès de cette première expédition permet d’envisager de nouvelles découvertes selon un rythme biennal dans d’autres contrées : Sibérie (mammouths), Chine (dinosaures à plumes), Québec (faune et flore)… Le coût de l’expédition (environ 40 000 € pris en charge principalement par Nantes Métropole) peut certes paraître élevé mais les retombées en terme de presse, de reconnaissance du Muséum comme établissement scientifique (sans oublier l’enrichissement de la collection de météorites), de développement de l’intérêt pour les sciences par les jeunes générations sont considérables. Pour conclure, nos jeunes lycéens désormais complètement persuadés de leur engagement dans une carrière scientifique, ont tous retenu et avant toute chose, que l’aventure humaine est au cœur de toute recherche scientifique.

Quels objectifs pour l’expédition Atacama 2017 ?

Pour les 6 lycéens ambassadeurs et leur entourage :

  • Susciter l’esprit d’aventure, de découverte ; faire rêver et s’émerveiller en s’immergeant dans un des milieux les plus singuliers de la planète, le désert d’Atacama
  • Sensibiliser les jeunes aux sciences et à la culture scientifique en participant à l’enrichissement des connaissances scientifiques (recherche, expérience sur le terrain, identification…)
  • Leur faire vivre une expérience exceptionnelle de mission scientifique en favorisant la cohésion de groupe et en expérimentant les conditions de vie d’une mission sur le terrain
  • Participer à l’enrichissement culturel dans un pays hispanophone et favoriser les échanges interculturels
  • Découvrir le désert d’Atacama au Chili (la nature du sol, les habitants, les lieux emblématiques et les paysages du désert)
  • En rencontrant et en échangeant avec des habitants, des scientifiques et des jeunes chiliens

Pour le Muséum :

  • Ré-initier les expéditions scientifiques et naturalistes en favorisant le travail de terrain
  • Sensibiliser les jeunes aux sciences et à la culture scientifique en leur permettant de participer à une expédition scientifique sur le terrain et en favorisant les échanges avec le public et notamment les jeunes au retour de cette expédition
  • Enrichir les connaissances sur les roches extraterrestres et les corps célestes en prélevant des échantillons sur le terrain en favorisant les échanges entre les scientifiques de la métropole de Nantes (Muséum d’Histoire naturelle et planétarium), de l’université de Nantes, du Muséum national et des universités chiliennes
  • Permettre une diffusion scientifique plus large au sujet des météorites et des corps célestes

Note : L’expédition a été menée par le Muséum et le planétarium de la métropole de Nantes, avec l’appui du Laboratoire de planétologie et de géodynamique de l’université de Nantes, le rectorat de l’académie de Nantes, le Labo des Savoirs, la Direction régionale des affaires culturelles et la région Pays de la Loire