La fonction des réseaux régionaux dans l’articulation des politiques territoriales de CSTI – L’exemple d’Ombelliscience en Hauts-de-France

Du partage des sciences à l'engagement citoyen - 40 ans de politiques de CSTI
Rencontre régionale « Sciences, Innovations, Société », 5 avril 2022 © Jérôme Halâtre

Depuis sa création, il y a 25 ans, Ombelliscience joue un rôle-clé dans la coordination des actions territoriales de culture scientifique à l’échelle régionale.

L’association « Picardie CSTI » naît en 1997, à l’initiative d’acteurs académiques et des autorités régionales pour suivre et coordonner les actions en faveur de la culture scientifique en Picardie. En 2008, elle obtient le label national « Science, culture et Innovation ». En 2012, le Préfet de Région, le Recteur de l’Académie d’Amiens et le Président de Région la nomment animatrice du « Pôle Territorial de Référence (PTR) » de la CSTI. Entre temps, l’association devient « Ombelliscience Picardie ». Durant dix-sept ans, elle contribuera à la mise en œuvre de la politique et des événements de la Région picarde (animation du volet culturel du Printemps de l’industrie, création d’expositions sur les produits agricoles-phares de la région, etc).

2014 et 2016 vont marquer un tournant pour Ombelliscience. En 2014 la structure répond, avec l’appui du Conseil régional, à l’appel à projet du Programme des Investissements d’Avenir et devient coordinatrice du programme « PicardieScience, l’innovation et l’industrie en partage » impliquant 12 structures picardes culturelles, d’enseignement supérieur et de CSTI. Ces 5 années de programme ont structuré les acteurs de CSTI impliqués et renforcé leur mise en réseau. Ombelliscience les y a accompagnés et y a gagné en savoir-faire et légitimité. En 2016, après la fusion des régions Picardie et Nord Pas-de-Calais, la structure anime la concertation CSTI auprès de la Région et contribue à l’adoption d’une Stratégie Régionale de CSTI. Ce document, voté en novembre 2018 par la collectivité, fait d’Ombelliscience l’agence régionale de CSTI.

Aujourd’hui, Ombelliscience compte près de 60 adhérents et ses missions s’organisent en 3 axes : structurer et animer le réseau des acteurs de CSTI en Hauts-de-France ; produire et diffuser des ressources pour ceux-ci ; valoriser les acteurs et leurs actions.

Pour les mettre en œuvre, Ombelliscience reçoit le soutien financier de la Région et de l’Etat et compte 9 salariés. L’équipe est ainsi dotée de fonctions-clés d’animation de réseau : communication, observation-évaluation et coordination d’actions-réseau. Les études menées par l’association permettent de mieux connaître les dynamiques locales de développement de la CSTI et nourrissent le développement stratégique du secteur. Elles donnent aussi matière à penser aux élus locaux, peuvent aider à la prise de décision et sont, en ce sens, un outil au service de la politique publique de CSTI.

Pour encourager des dynamiques locales de CSTI articulées aux politiques communales et intercommunales, le projet « Découvrir le passé pour inventer l’avenir, cap ou pas cap ? - Patrimoine scientifique et technique, innovation, de ta région » a été lancé fin 2020. Développé dans des territoires
de chaque département des Hauts-de-France et coordonné par Ombelliscience, il est financé en partie par la Région, la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et les territoires impliqués. Destiné en priorité aux jeunes hors temps scolaire, il vise à valoriser les atouts patrimoniaux et d’innovation liés aux sciences et techniques sur chaque territoire et à favoriser une (ré)appropriation par les jeunes de ces atouts, au travers de réalisations créatives.

Une place centrale est accordée à l’implication des acteurs locaux dans les étapes du processus : de l’identification du thème aux choix de formats de restitution. 

Par exemple, sur la Communauté de Communes des Deux Vallées (Oise), le Musée de la batellerie, l’espace jeunesse communal et la péniche culturelle Urban Boat ainsi que d’autres partenaires ont été réunis pour imaginer les contours du projet sur leur territoire, qui s’est articulé autour des métiers (et de leurs évolutions techniques) liés à la navigation fluviale. Tout d’abord, les jeunes impliqués ont travaillé avec une sociologue pour mener un entretien avec un ancien batelier, ce qui a donné lieu à un article paru dans la gazette locale. Puis, ils sont allés à la rencontre d’autres acteurs locaux (éclusiers, ouvriers de chantier naval, jouteurs…), accompagnés par la photographe afin de découvrir d’autres métiers et de produire une exposition présentée le long du canal, composée de portraits et de paysages.

Cet exemple illustre les liens qui peuvent être établis entre une politique régionale de développement de la CSTI sur les territoires, et des politiques intercommunales variées, ici, liées au tourisme (le Musée de la batellerie est associé à la direction intercommunale du tourisme) et à la jeunesse. Au travers d’une action, différents enjeux de politiques territoriales se croisent. Cela vient aussi affirmer le sens concret des politiques territoriales de CSTI, qui au-delà de contribuer à diffuser la culture scientifique, répondent à des enjeux plus larges et transversaux, qui font sens pour les territoires et les habitants concernés.