Des modèles féminins pour susciter des vocations scientifiques

Quels I pour quelles cultures ?
vocations scientifiques
© Objectif pour l'Emploi

Depuis plus de 10 ans, l’association Objectif pour l’Emploi œuvre pour la promotion de l’égalité des chances filles/garçons dans les métiers scientifiques et techniques en Rhône-Alpes.

 

Les interventions d’orientation dans les établissements scolaires sont nombreuses et permettent aux jeunes de bénéficier au moins une fois au cours de leur scolarité d’une présentation de la part de professionnels. Mais les métiers de l’industrie sont rarement représentés à l’école. Les enseignants connaissent mal le monde de l’entreprise et souvent ne savent pas comment aborder le sujet avec leurs classes. La plupart préfèrent alors esquiver la question.

Pourtant, c’est bien l’industrie et l’innovation qui seront les premiers recruteurs de demain. Il s’agit d’un enjeu professionnel mais également d’une démarche citoyenne car la culture scientifique passe aussi par la connaissance de l’environnement industriel.

Si la visite d’entreprise est indispensable à la culture industrielle, la venue de professionnel(le)s dans les établissements peut avoir un impact tout aussi fort et symbolique. Il s’agit d’un temps d’échanges privilégié accordé aux élèves mettant en avant des modèles.

Depuis 2002, l’association Objectif Pour l’Emploi (OPE) propose l’action « Ingénieur-e et Technicien-ne Demain » (ITD) dans les classes de 3e et de lycées en partenariat avec la Région Rhône-Alpes et les Académies de Lyon et Grenoble.

Si aujourd’hui la thématique de la mixité professionnelle est largement abordée dans les médias, ce n’était pas le cas il y a un peu plus de dix ans. En dehors du Prix de la Vocation Scientifique, peu de dispositifs étaient jusqu’à présent déployés pour motiver les jeunes filles à s’orienter vers des métiers dits « masculins ».

Le premier objectif d’ITD est de faire connaître les métiers scientifiques et techniques à l’ensemble des élèves. Pas question de mettre les garçons de côté, qui comme les filles, sont nombreux à se projeter dans les métiers « visibles » de la médecine.

Le second objectif est de lutter contre les stéréotypes et l’autocensure des jeunes filles. Il s’agit alors de mettre en avant des rôles modèles féminins à travers des rencontres qui marqueront les élèves. Dans ce cadre, l’association travaille activement au développement de conventions avec les entreprises afin de mobiliser des professionnelles dont les interventions seront reconnues et valorisées par leur employeur dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ou d’accords égalité.

Finalement, la vocation d’ITD est d’élargir le champ des possibles des élèves et de faire germer une idée, une envie, dans l’esprit de ceux dont l’environnement familial et/ou social n’offre pas cette perspective.

En 12 ans d’existence, ITD a su répondre à la demande des établissements et est maintenant reconnue comme une action phare en Région Rhône-Alpes. Aujourd’hui, l’association envisage de se rapprocher de structures comme le FabLab du CCSTI de Grenoble ou Ebulliscience à Lyon pour offrir des projets combinant témoignages, visites d’entreprises et ateliers d’expérimentation ou de fabrication. Ainsi, la sensibilisation aux sciences et techniques se ferait encore plus concrète.

 

Témoignage

Chloé, étudiante à l’École Nationale d’Ingénieurs de Saint-Étienne.

« Lorsque j’ai rencontré OPE, j’étais élève en première S. Je n’avais pas d’idée précise des études que je voulais faire. Notre lycée nous proposait de faire un travail de recherche pour nos études supérieures en partenariat avec OPE.

Nous avons bénéficié des témoignages d’élèves et de femmes ingénieures lors d’une conférence-débat. Cette rencontre fut déterminante pour moi car nous avons beaucoup dialogué tous ensemble.

Globalement, cela m’a permis de mieux cerner mes attentes pour les études supérieures et aussi de me faire une idée plus large du métier d’ingénieur.

Aujourd’hui, en 3ème année d’école d’ingénieur à Saint-Étienne section Génie Civil, je ne regrette pas mon choix. Depuis 2012, je témoigne à mon tour auprès des lycéens avec « Ingénieur-e et Technicien-ne Demain».

OPE propose aussi de mettre en place des parrainages pour la recherche de stage ou premier emploi. L’association m’a mise en relation avec un ingénieur retraité. Après quelques conseils pour la rédaction de mon CV et de ma lettre de motivation, il m’a mise en relation avec Eiffage Construction Rhône où j’ai obtenu un stage pour le printemps 2013. »

 

Pour accompagner l’article : Des rencontres d’un genre particulier