Les muséums de Lille et Nantes accueillent les équipes de Muséomix en 2014

Quels I pour quelles cultures ?
museomix

Muséomix est apparu dans un mouvement à la fois de la convergence et du développement des outils et pratiques numériques, et de la volonté d’une communauté de faire vivre les musées d’une nouvelle manière.

 

La vision originelle qui porte Muséomix :

  • Un musée ouvert où chacun trouve sa place,
  • Un musée labo vivant qui évolue avec ses utilisateurs,
  • Un musée en réseau auprès de ses communautés.

(extrait du site internet www.museomix.org)

 

Au travers du développement des outils numériques et le développement de la mobilité, nos institutions peuvent trouver des nouvelles manière d’inviter les publics, de construire des visites plus personnalisées, créer des expériences de visites innovantes.

Muséomix s’inscrit dans une nouvelle manière de construire les projets pour les publics qui deviennent acteurs. Muséomix invite des individus amateurs ou professionnels de la culture, de la médiation à venir confronter et mettre en perspective leur point de vue, afin d’envisager une nouvelle approche pour une institution culturelle.

Un des enjeux important concerne la réappropriation des propos de l’institution par le public. Qu’il s’agisse de co-design ou de viralité, dans les deux cas les visiteurs sont invités à devenir un peu plus acteurs. Mais pour cela, il faut entrer dans un cadre de confiance.

Dans l’économie numérique, le mouvement du libre donne ce cadre : les licences des contenus et des logiciels libres permettent l’utilisation, la rediffusion et l’appropriation. Dans le contexte de la diffusion de la culture scientifique et technique, les institutions vont devoir expliquer la place qu’elles souhaitent donner au public et les droits qu’elles lui donnent sur leurs contenus et dispositifs. (extrait du rapport Museomix pour Inmediats décembre/ janvier 2012 / Yves Armel Martin et Nathalie Candito CC BY-SA 3.0 FR)

En 2014, pour la première fois depuis la création de Muséomix, deux muséums confieront leurs lieux, leurs collections aux équipes de Muséomix. Il s’agit du Muséum de Lille et du Muséum de Nantes. Ce sera du 7 au 9 novembre 2014.

 

Interview de Philippe Guillet

 

Qui êtes-vous ?
Philippe-Guillet
Philippe Guillet, directeur du Muséum de Nantes

Le Muséum de Nantes, le 1er établissement régional de culture scientifique, est un musée de sciences avec des missions fondamentales qui sont celles de tout musée : conserver, étudier et valoriser les collections de la ville de Nantes, collections dont il a la charge.

C’est un musée historique créé au tout début du 19e par des personnalités scientifiques de tout premier plan. C’est aussi un musée dit de société dans le sens où nous tenons à ce que s’y expriment les grands enjeux contemporains en matière de sciences et d’environnement.

 

Pourquoi votre musée a décidé de s’impliquer dans cette édition ?

Les publics, selon une formule maintenant consacrée, placés au coeur de toutes les préoccupations impliquent une ouverture du musée en direction de tous habitués ou non des musées et, également, une recherche de toutes les formes de médiation incluant l’outil numérique.

De fait, cette stratégie implique d’innover dans l’offre aux publics en faisant appel aux technologies du numérique dans la mise en place du réseau Planète Jules Verne (les actualités scientifiques dans les musées nantais) et dans l’ouverture de deux nouvelles salles de présentation permanente prévues prochainement.

Museomix au Muséum de Nantes en novembre 2014 se place ainsi à un moment charnière du développement de cet établissement :

  • en préparant le public à renouveller la lecture des collections par de nouvelles rencontres Sciences, Numérique et Art
  • en confrontant l’équipe du muséum aux changements en muséographie dictés par l’évolution de la société tout entière.

 

Comment la culture scientifique peut s’emparer de l’objet Museomix (collaboration, création…) ?

Museomix est un événement très particulier et unique qui permet aux établissements de CST de renouveler leurs approches des objets ou des concepts qu’ils proposent.

Museomix permet aussi, dans des configurations souvent figées, d’expérimenter des nouvelles méthodes, des nouvelles façons de travailler collectivement. La CST doit s’emparer de Museomix comme un outil exceptionnel au service de ses publics.

 

Interview de Judith Pargamin

 

Judith-Pargamin
Judith Pargamin, directrice du Musée d’histoire naturelle de Lille © Anaïs Gadeau
Qui êtes-vous ?

Fort de presque 200 ans d’existence, le Musée d’histoire naturelle de Lille est une institution lilloise. Constitué de quatre collections : zoologie, géologie, ethnographie, sciences et techniques, son histoire est intimement lié à celle de la ville et de sa vie scientifique, industrielle, commerciale et universitaire.

La richesse des collections de ce musée municipal lui ont permis d’obtenir le statut de musée de France. Il conserve ainsi 450 000 objets mais n’en présente que 5%. Il s’agit du seul musée d’histoire naturelle situé au nord de la France.

 

Pourquoi votre musée a décidé de s’impliquer dans cette édition ?

Si le musée offre à ses visiteurs une proposition culturelle singulière, à la clef de son succès, il n’en demeure pas moins que son potentiel reste insuffisamment exploité et son modèle d’exposition en retrait par rapport aux pratiques muséales actuelles.

C’est la raison pour laquelle le musée réinterroge depuis 3 ans son projet scientifique de manière à faire évoluer le paradigme dans lequel il s’inscrit : discours proposé, parcours d’exposition, muséographie, relation au public, fonctionnement d’équipe…

C’est bien dans le cadre de cette réflexion qu’un Muséomix en 2014 au Musée d’histoire naturelle prend tout son sens.

Muséomix a en effet vocation à ré-interroger le dialogue muséal, à faire des propositions innovantes au public et à « ré-inventer les liens ». Il s’inscrit donc délibérément dans cette nouvelle image et cette nouvelle relation au public qu’aimerait porter le musée. Il pourra servir de catalyseur à cette nouvelle ambition autour de laquelle il pourra fédérer autant l’équipe du musée que les visiteurs, à impliquer.

 

Comment la CST peut s’emparer de l’objet Museomix (collaboration, création…) ?

La nature de l’évènement est à l’image des collections du musée et du discours de culture scientifique qu’elles portent : foisonnant, composite, Muséomix vise à créer du sens par l’émulation et la confrontation des idées, des expériences et des savoir-faire. Muséomix véhicule les mêmes valeurs que celles du musée : humanisme, circulation d’idées, partage, sciences, idées, réseaux sociaux, numérique, esprit d’équipe et solidarité.

Enfin, les process utilisés pendant l’évènement – expérimentation, élaboration de prototypes, innovation – sont ceux dont témoigne la culture scientifique et technique et plus particulièrement la collection de sciences et techniques du musée : cette dernière porte l’esprit de Museomix en conservant de nomb reux prototypes liés à la production industrielle régionale ou des instruments scientifiques liés aux grandes découvertes scientifiques.