[Parcours 2] À la cueillette des météorites !

[Re]connaissance
La première formation des formateurs de Vigie-Ciel en février 2018, regroupant de nombreux pôles régionaux et acteurs du réseau Fripon
La première formation des formateurs de Vigie-Ciel en février 2018, regroupant de nombreux pôles régionaux et acteurs du réseau Fripon

Le défi de Vigie-Ciel ?

Impliquer le grand public dans la recherche scientifique en planétologie ! Ce programme de sciences participatives porté par le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris est relayé par 23 pôles régionaux en France (universités, planétariums, CCSTI, associations). Composante du projet 65 Millions d’Observateurs, il est financé depuis janvier 2015 et jusqu’à décembre 2019 par les Investissements d’avenir.

Ce programme vise à former les publics à retrouver des météorites fraîchement tombées, comprendre leur intérêt scientifique, et repérer leur chute en témoignant lors de l’observation d’un bolide. L’ensemble des témoignages récoltés via la plateforme Vigie‑Ciel, en complément des images prises par le réseau de caméras FRIPON (Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network), permettent aux chercheurs d’affiner l’ellipse de chute sur laquelle les recherches seront menées.

Comment construire et déployer le programme à l’échelle nationale ?

Vigie-Ciel a construit un réseau solide de partenaires, à l’échelle française voire européenne, favorisant les rencontres et les échanges de compétences (en géologie et astrophysique notamment). En constante évolution, puisque profondément liés aux avancées des chercheurs, ce réseau permet au public d’approcher au plus près le monde de la recherche et de redevenir un maillon clé de son développement. Pour inviter les publics à participer, nourrir leur curiosité et favoriser la mise en place de communautés d’intérêts locales, ces structures relais mettent en place des animations à partir d’outils co-construits et partagés. Cependant, le déploiement dépend souvent des moyens financiers et humains dont elles disposent.

Et à l’échelle régionale ?

Le planétarium et le musée de minéralogie de l’Université de Strasbourg sont l’un des trois référents en région Grand-Est aux côtés des planétariums d’Épinal et de Reims. L’année 2018, grâce au soutien financier de la Région, a été l’occasion de mettre en place des actions de sensibilisation en territoire sur cette thématique. Plus de 1 236 personnes ont ainsi été touchées, et 50 personnes sont également devenues des citoyens « vigilants », ayant été formés pendant une journée complète. Après cette première année de test, nous mesurons le vif intérêt que rencontre cette thématique auprès du public et son potentiel dans la durée.

Quelle(s) reconnaissance(s) ?

Montée en compétence, participation, récolte de données, partage de connaissances… comment reconnaître l’engagement et les compétences acquises par les professionnels investis dans le projet, les amateurs éclairés et les nouveaux participants ? Comment homogénéiser et rendre visible cette reconnaissance ? Ces questionnements, auxquels l’ensemble des pôles régionaux sont confrontés, doivent trouver une réponse pour permettre de rendre pérenne l’intérêt de nos publics sur le très long terme.

––––––––––

Retrouver ce thème au congrès de l’Amcsti 2019

Ce sujet sera abordé lors du 37è congrès de l’Amcsti, qui aura lieu les 3, 4 et 5 juillet 2019 à Caen, en collaboration avec Le Dôme sur le thème « [Re]connaissance ».

Il sera traité dans le parcours 2 : « La science ouverte » / sous-parcours « L’engagement des publics dans les programmes de sciences participatives : à la cueillette des météorites ! »
Construit et animé par Barbara Gollain (Université de Strasbourg) et Asma Steinhausser (MNHN).
Intervenant : Didier Bihel (planétarium Ludiver)

Pour voir le programme du parcours
Pour retrouver les articles concernant les 6 parcours du congrès