[Parcours 6A] Cultiver les sciences en réseaux

[Re]connaissance
Photo : Jean Wimmerlin sur Unsplash
Photo : Jean Wimmerlin sur Unsplash

Les réseaux de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI), exigent une représentation protéiforme de ce qui les constitue et les pousse à agir. À cette complexité s’ajoutent les spécificités des territoires, tributaires de leur démographie, leur géographie, leurs établissements d’enseignement, leurs bassins d’emplois… qui vont diriger les choix politiques des collectivités et, de fait, les moyens donnés à la culture scientifique.

Animer son réseau, c’est alors essayer de discerner les acteurs prompts à agir pour diffuser la science et développer l’esprit critique. C’est aussi trouver les outils facilitants et les leviers nécessaires pour faire tourner les regards dans les mêmes directions sans se concurrencer.

Le partage est essentiel afin de créer des convergences par l’expérience des différents réseaux des participants et d’offrir un espace d’échange inspirant pour revenir armé de nouvelles approches.

Explorer les différentes dimensions des réseaux de la CSTI sur les territoires : qui les composent ? Que viennent chercher les acteurs dans un réseau ? Qu’est-ce qui les divise ?

Et identifier les différents moyens de les mettre en mouvement pour développer une culture scientifique au plus proche des territoires : quels outils utiliser pour favoriser la mutualisation, la valorisation et la diffusion ? Comment soutenir le développement de compétences ?

Fonctionner en prenant en compte la diversité d’un réseau demande une méthodologie consentie qui s’exprime, par exemple, dans la dynamique de projets communs et/ou la mise en place de consortiums.

En effet, la construction d’un projet tel qu’Exposciences ou la Fête de la science peut permettre de faciliter la mise en commun des compétences de chacun, et ce de manière complémentaire, pour un résultat plus riche, pertinent et visible.

La coopération qu’elle demande permet de travailler ensemble sur un ou des objectifs partagés tout en accomplissant les missions propres à chacun et produisant ainsi un réseau opérationnel.

Les réseaux peuvent aussi se construire par la mise en place de consortiums réunissant plusieurs acteurs fédérateurs d’un territoire. Leurs missions résident dans la coordination d’appels à projets thématiques, dans le déploiement d’outils mutualisés tels que des catalogues de ressources ou des plateformes collaboratives en ligne comme Echosciences, ou bien dans l’organisation de formations et de rencontres professionnelles.

De ces évènements, de ces rencontres et de ces outils communs naissent des collaborations, rendant chaque jour ces réseaux plus étendus et plus forts.

––––––––––

Retrouver ce thème au congrès de l’Amcsti 2019

Ce sujet sera abordé lors du 37è congrès de l’Amcsti, qui aura lieu les 3, 4 et 5 juillet 2019 à Caen, en collaboration avec Le Dôme sur le thème « [Re]connaissance ».

Il sera traité dans le parcours 6 : « Territoires engagés » / sous-parcours « Structurer et animer le réseau des acteurs de la CSTI sur un territoire »
Construit et animé par Audrey Bardon (Science Animation) et Hélène Brignon (astu’sciences)
Intervenante : Estelle Brault (GRAINE Pays de la Loire)

Pour voir le programme du parcours
Pour retrouver les articles concernant les 6 parcours du congrès