Quidquam : un MOOC de découverte scientifique, par Unisciel

Science en partage 2.0

Quidquam ? Comprendre le monde au quotidien est un MOOC dont l’objectif est de “répondre à des questions de science que tout le monde se pose.” La deuxième session s’est déroulée en mars et avril 2016.

 

Pourquoi avoir choisi le MOOC comme outil de diffusion ?

Le principe des cours massifs en ligne (MOOC) se prête particulièrement bien à la diffusion de la culture scientifique. Il permet en effet de toucher un public diversifié en proposant des cours avec plusieurs niveaux de lecture, pouvant alors être suivis aussi bien par une famille souhaitant apprendre sur un mode ludique que par des étudiants désirant acquérir une solide culture scientifique. C’est dans cette logique qu’a été construit le MOOC Quidquam ? Comprendre le monde au quotidien, dont la deuxième session s’est déroulée du 7 mars au 20 avril 2016.

 

Comment s’organise ce MOOC ?

Il s’articule autour des épisodes de la série Kézako ?. D’une durée de 3 à 6 minutes, ces vidéos ont pour objectif de “répondre à des questions de science que tout le monde se pose” avec un vocabulaire courant et des notions connues du grand public. Elles constituent le premier niveau de lecture du MOOC. Elles sont complétées par des ressources issues de sites web soigneusement sélectionnés, qui sont aussi l’occasion de valoriser nos partenaires et de faire des liens vers des ressources de proximité, comme les expositions proposées par les centres de culture scientifique. Ces compléments permettent de construire un deuxième niveau de lecture pour approfondir les notions abordées dans la vidéo, et un troisième niveau de lecture permettant d’approcher les problématiques de recherche en lien avec le sujet.

 

Quidquam a-t-il rencontré le public escompté ?

Les deux sessions du MOOC, en 2014 et 2016, ont totalisé plus de 15 000 inscriptions et rassemblé des participants sur les cinq continents, de tous les âges. Le public est varié : citons par exemple cette petite fille de 8 ans qui “travaillait” sur le MOOC chaque soir, aidée de sa maman, ou cette enseignante de physique au collège qui a incité ses élèves à suivre le MOOC.

 

Des ajustements ont-ils été nécessaires entre 2014 et 2016 ?

La principale critique des apprenants en 2014 portait sur la durée du MOOC, jugée trop longue. Nous l’avons donc réduit, en passant de 10 à 6 semaines, ce qui nous a conduit à également recentrer la thématique : la première session portait sur des sujets aussi variés que l’énergie, l’espace ou la vie, tandis que la deuxième a décliné des thèmes “autour de la lumière”, ce qui a permis de le labelliser “année internationale de la lumière.”

Le MOOC est hébergé sur la plateforme FUN et l’animation est assurée par une équipe pédagogique constituée par des enseignants et des tuteurs étudiants. Leur rôle est fondamental dans le fonctionnement du MOOC car l’approche est participative : à côté des ressources proposées, les apprenants sont invités à interagir sur le forum, en partageant les résultats de leurs expériences ou en posant des questions. La place des forums est prépondérante, la priorité étant donné aux échanges entre apprenants ; toutefois, en pratique, le rôle de l’équipe pédagogique reste crucial, pour lancer les discussions ou les modérer.

 

Et maintenant, comment envisagez-vous la suite ?

S’il reste encore des points à ajuster tels que la communication en amont, ainsi qu’autour du cycle de conférences Quidquam Live, les retours obtenus sont globalement positifs : plus de 65 % des apprenants ont suivi le MOOC dans sa totalité depuis le début et plus de 90 % seraient intéressés par une troisième session, dont le thème reste à définir. En effet, les thèmes que les apprenants voudraient voir abordés sont très variés, allant de la mécanique à l’astronomie.