« TUN » : un projet pour la relève scientifique en Suisse

Quels I pour quelles cultures ?
Interpharma TUN
© Interpharma

Des compagnies pharmaceutiques et techniques de la région de Bâle sont à l’origine de foires publiques destinées à promouvoir leurs métiers.

 

En allemand « TUN » signifie « faire quelque-chose », mais c’est également une abréviation de Technique, Und (et) et Naturwissenschaften (sciences naturelles). En exposant environ 40 expériences sur 1 000 m2 de stands dans des foires commerciales, TUN a pour objectif de fasciner le public pour les sciences et la technique, et ce dès le plus jeune âge.

Ce projet PPP (Public Private Partnership) initié par la Chambre de commerce de Bâle en février 2010 est une initiative de compagnies pharmaceutiques et techniques de la région de Bâle. Parmi les participants on trouve notamment Endress + Hauser, Hoffmann-La Roche et l’association Interpharma, qui représente les compagnies pharmaceutiques en Suisse pratiquant la recherche.

Toutes ces compagnies sont confrontées à un problème de relève scientifique et ne trouvent pas assez de jeunes pour occuper les emplois vacants. Il s’agit de postes pour des académiques mais aussi et surtout pour des apprenti(e)s technicien(ne)s en chimie (Eidgenössischer Fachausweis Pharmatechnologe EFZ) ou encore des informaticien(ne)s et des ingénieurs.

Les frais de cette exposition interactive sont donc couverts d’une part par la Chambre de commerce des différentes villes et d’autre part par des partenaires des compagnies ; souvent contribuent également les Universités et les Hautes écoles des entourages.

 

Quel est le but de TUN ?

Le comité d’organisation a opté pour les foires publiques pour avoir accès aux enfants dans le cadre scolaire, mais également à leurs parents. Les publics cibles sont les élèves et les visiteurs de 8 à 14 ans (avec ou sans parents mais souvent avec leurs enseignants). En expérimentant et même parfois en jouant avec des matériaux nouveaux et innovants, on peut entrer facilement et gratuitement dans le monde des sciences naturelles et de la technique.

En créant par exemple une crème pour la main ou en programmant un robot, les enfants et les jeunes ont accès à une idée de ce qu’ils pourraient faire dans le futur. Les intervenants sur les stands sont pour la plupart de jeunes apprentis ou étudiants, ou bien une personne avec une formation didactique.

 

©-Interpharma-4
© Interpharma

 

Une autre facette de ces projets est également la formation des enseignants qui est mise en place : les professeurs reçoivent du matériel et même des cours pour implémenter ces sujets dans leurs enseignements. Des conférences ont lieu dans un « Forum » pour les classes ou bien pour les enseignants, afin de leur donner accès aux recherches les plus récentes ou peut-être seulement pour donner envie de faire certaine profession scientifique ou technique.

Avec une moyenne de 3 000 visiteurs par jour, le modèle TUN a remporté un succès important dès son lancement en février 2010. La sixième TUN Suisse a eu lieu du 19 février au 23 février 2014 à la Muba de Bâle, et fait suite aux éditions 2010, 2012 (tunbasel.ch), 2011 et 2013 (tunZürich.ch) et 2013 (tunBern.ch).

L’objectif du comité est aujourd’hui d’organiser ces expositions tous les deux ans dans les grandes villes et d’étendre le projet dans la région francophone de la Suisse, par exemple à Lausanne (Comptoir Suisse) ou bien au Tessin (partie italienne de la Suisse).