Programme

Durant les trois jours de ce 37è congrès de l'Amcsti, nous avons interrogé collectivement la notion de l'engagement, la place des publics et la valorisation de leur participation. Quelles formes prennent les engagements des publics et des personnes qui prennent part aux actions de CSTI ? Par quels moyens reconnaître ces engagements ? Quels intérêts / désintérêts pour les publics et les décideurs ?

Pour la première fois cette année, les parcours ont été construits par des membres de l’Amcsti suite à un appel à participation.

Téléchargez le programme
Programme
11:30 à 13:30

Recevoir son carnet de congressiste, découvrir le Dôme, retrouver les collègues…
Bienvenue au 37è congrès de l’Amcsti !

12:30 à 13:30

Collation d'accueil

13:30 à 13:40

Ouverture officielle : Bruno Dosseur, directeur du Dôme

13:40 à 13:45

Le mercredi 3 juillet – présentation durant les plénières (13h30-18h), rencontres durant la soirée réseautage (à partir de 18h)

La Minute coop’ concerne les projets en cours de création.

  • Vous recherchez des collaborations, des partenaires ou encore des idées pour votre projet en construction ?
    Inscrivez-vous à la Minute coop’ lors de votre inscription au congrès ! Vous aurez 60 secondes pour présenter votre projet durant les plénières du 3 juillet après-midi. Vous pourrez ensuite en discuter avec vos potentiel·le·s futur·e·s partenaires durant la soirée réseautage du mercredi 3 juillet.
  • L’un des projets présentés à la Minute coop’ vous intéresse ?
    Vous participez à la soirée réseautage : rencontrez directement le porteur ou la porteuse du projet dans l’espace « Minute coop’ » du Dôme !
13:45 à 14:30

Penser et agir « reconnaissance » c’est aussi faire avancer une société plus inclusive, plus engageante, mettant en perspective de nouveaux enjeux. L’éducation et l’enseignement supérieur sont en pleine mutation, plaçant le citoyen et son parcours personnel au cœur des enjeux. Notre rôle de facilitateur, de médiateur fait de nous des acteurs essentiels dans cette perspective. Comment accompagner collectivement ces évolutions ?

Intervenants :

  • Émilie Lenel,
  • Serge Ravet, Président, Reconnaître – Open Recognition Alliance
  • Carole Louis,
Voir tous les intervenants
14:30 à 14:40

Mot d'ouverture de l'Amcsti : Guillaume Desbrosse, président

14:40 à 14:45

Le mercredi 3 juillet – présentation durant les plénières (13h30-18h), rencontres durant la soirée réseautage (à partir de 18h)

La Minute coop’ concerne les projets en cours de création.

  • Vous recherchez des collaborations, des partenaires ou encore des idées pour votre projet en construction ?
    Inscrivez-vous à la Minute coop’ lors de votre inscription au congrès ! Vous aurez 60 secondes pour présenter votre projet durant les plénières du 3 juillet après-midi. Vous pourrez ensuite en discuter avec vos potentiel·le·s futur·e·s partenaires durant la soirée réseautage du mercredi 3 juillet.
  • L’un des projets présentés à la Minute coop’ vous intéresse ?
    Vous participez à la soirée réseautage : rencontrez directement le porteur ou la porteuse du projet dans l’espace « Minute coop’ » du Dôme !
14:45 à 15:30

Abordé lors du congrès de l’Amcsti 2018, l’engagement citoyen est un axe fort des évolutions des pratiques nationales comme européennes. Il demeure que l’acte d’engagement, vu comme un investissement pour les visiteurs et les partenaires doit être reconnu dans le sens d’un bénéfice réciproque.

Intervenants :

  • Bénédicte Froment, Directrice de la vie étudiante, Université de Tours
  • Mathieu Muselet, Chargé de mission national, délégué au développement des open badges et tiers-lieux, Ligue de l'enseignement 37
  • Carole Louis,
Voir tous les intervenants
15:30 à 15:50

Interventions des partenaires du congrès : Caen la mer et Région Normandie

15:50 à 16:15

Pause

16:15 à 16:35

  • Françoise Guégot, vice-présidente de la région Normandie à l’Enseignement supérieur, la Recherche, l’Innovation et le Numérique,
  • Joël Bruneau président de l’agglomération Caen la mer
  • Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation
  • Ministère de la Culture
16:35 à 17:00

L’ incubateur de médiation scientifique du CNRS est un projet porté par la direction de la communication du CNRS au sein de l’Amcsti, en partenariat avec l’ISC-PIF.

L’objectif de cet incubateur est d’accompagner des chercheur·se·s et médiateurs·trice·s scientifiques à travers toutes les étapes de la conception d’un projet de médiation innovant et grand public portant sur un thème défini. Le thème choisi pour cette première édition est l’approche systèmes complexes.

Les participant·e·s à l’incubateur de médiation scientifique seront là pour présenter les projets qui sont nés de leur rencontre.

Pour en savoir plus sur l’incubateur de médiation scientifique : iscpif.fr/incubateur_mediation_cnrs/

17:00 à 17:45

Si les enjeux, dans notre quotidien, se pensent au niveau local, nous sommes aussi face à des défis planétaires et les acteurs des CSTI ont un rôle majeur. Comment faire évoluer nos pratiques, nos rapports à nos visiteurs, proposer des parcours engageants ? En s’inscrivant dans une perspective internationale, nous pourrons envisager une action efficace.

Intervenants :

  • Caroline Bélan-Ménagier, Responsable des stratégies R.I. & open recognition, Université Confédérale Léonard de Vinci
  • Geoffroi Garon-Épaule, Chercheur et entrepreneur en innovation ouverte, design communautique et technologie éducative, Communautique
  • Carole Louis,
Voir tous les intervenants
18:00 à 22:00

PLATEAU (étage R1)

  • Bourse aux talents : vous avez des compétences et vous souhaitez les mettre à disposition d’une équipe, d’une structure, d’un projet ? Vous êtes employeur, porteur de projet, à la recherche de compétences ? Dépôt de CV, offres d’emploi, espace d’échanges… Plusieurs outils sont à votre disposition dans cet espace pour rencontrer vos futur·e·s collaborateurs et collaboratrices !
  • Foire aux projets : allez à la rencontre de 12 porteurs et porteuses de projets qui souhaitent diffuser, transformer, vendre, faire connaître l’une de leurs actions.
  • Découverte des open badges : un stand pour tester les open badges et explorer les possibilités qu’offrent ces outils de reconnaissance des apprentissages informels et des engagements.

Pour participer à la découverte des badges numériques ouverts, nous vous invitons à créer dès maintenant votre espace sur la plateforme Open Badge Passeport : laissez-vous guider par notre tuto.

Pour présenter votre projet à Foire aux projets ou à la Minute coop’ ou participer à la Bourse aux talents, indiquez-le dans le formulaire d’inscription au congrès – avant le 30 mai – dans la limite des places disponibles

  • Visites du Dôme : visitez le centre de sciences de Caen Normandie !

ATELIER (étage R2)

  • Minute coop’ et incubateur : Suite à la présentation de leurs projets pen- dant les plénières de l’après-midi, rencontrez les participant·e·s à la Mi- nute coop’ et à l’Incubateur de médiation scientifique CNRS/Amcsti.
  • CSTI et écoconception : Que font les professionnel·le·s de CSTI pour limiter l’impact de leurs activités sur l’environnement ? Acteurs de culture scientifique, technique et industrielle, venez témoigner en vidéo pour le bulletin numérique de l’Amcsti.

…et d’autres surprises préparées par l’équipe du Dôme 

 

20:00 à 22:00

Buffet dînatoire normand

08:30 à 17:00

Lieu : Musée de Normandie – Château de Caen
Animé par Juliette Raoul-Duval, ICOM France

À lire dans le bulletin de l’Amcsti : Comment associer les publics dès l’amont d’un projet ?

Quels que soient la taille et le statut de leur établissement, les acteurs de la culture scientifique et technique se posent la question du choix de sujets d’exposition, d’actions culturelles ou de médiation qui prennent en compte les aspirations des visiteurs. Mais il s’agit aussi d’équilibrer l’offre entre des thématiques qui « plaisent » au public et des enjeux de culture, par exemple sur des sujets sensibles. Quelles méthodologies d’exposition et de médiation sont profitables à la construction d’un esprit critique ? Parler de manière homogène à des publics très diversifiés est un exercice exigeant.

Quatre professionnels viendront témoigner de leurs expériences pour :

  • Associer les publics : comment les publics peuvent-il être intégrés à la conception d’un projet de rénovation ; comment répondre aux attentes des publics : consultation, concertation, co-construction : où place le curseur, à quelles fins ? pour quels enjeux ? L’expérience de Frédérique Horn aux musées de Rouen 
  • Associer les personnels : comment associer l’ensemble des personnels à élaboration d’un projet scientifique et culturel ? Pourquoi utiliser (ou pas) la trame du PSC pour élaborer un plan stratégique ? Comment adapter cette trame à la réalité de son institution, de sa structure ? Quelle méthodologie d’élaboration mettre en place ? L’expérience d’Agnès Parent au Muséum national d’Histoire naturelle.
  • Entendre les attentes des publics au risque de devoir déconstruire, puis reconstruire son image ? L’expérience de Marie-Laure Estignard au musée national de la Marine
  • Élaborer un schéma directeur, l’expérience de Jean Marie Levesque au

    musée de Normandie : questions concrètes et visites du site.

Le parcours se déroulera de la manière suivante :

  • Présentation des problématiques en plénière (45 mn)
  • Formation de quatre sous-groupes sur chacune des quatre thématiques, animé chacun par l’orateur (1 h)
  • Dans chaque sous-groupe : priorité aux participants, réflexion individuelle puis collective
  • Restitution des sous-groupes : 45 mn

Déjeuner

  • Visite du Château de Caen

Intervenants :

  • Juliette Raoul-Duval, Présidente, ICOM France
Voir tous les intervenants
08:30 à 17:00

L’engagement des scientifiques et des publics dans les actions de culture scientifique, technique et industrielle se développe. Quelles reconnaissances sont attendues par les scientifiques passeuses et passeurs de sciences ? Quelles formes peut prendre la reconnaissance de l’engagement des publics dans les programmes de sciences participatives ?

Certains scientifiques investis et convaincus témoigneront de l’enjeu et de l’apport de ce partage mais aussi des difficultés. Souvent, pour améliorer leurs propositions, ils s’associent aux médiateurs scientifiques pour créer de nouvelles synergies et innover dans leurs pratiques. Ce parcours proposera des pistes en ce sens.

Des ateliers vous feront découvrir des outils pédagogiques qui permettent d’initier les publics aux programmes scientifiques participatifs. L’objectif sera aussi d’engager une réflexion sur les meilleurs moyens pour reconnaître les connaissances acquises par les publics, aux échelles locale, nationale et internationale.

Une visite du GANIL est prévue au cours de la journée.
Le parcours se clôturera par une chasse collective aux météorites.

Attention ! Une pièce d’identité sera demandée aux participants pour pouvoir accéder au site du GANIL.

______________________________

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

Lieu : Grand Accélérateur National d’Ions Lourds (GANIL)

8h30 – 12h30 : L’engagement des scientifiques
Animé par Hélène Fischer, Institut Jean Lamour et Daniel Hennequin, Unisciel

À lire dans le bulletin de l’Amcsti : Scientifiques, quel engagement ?

Le temps où les scientifiques ne partageaient leur savoir que de façon académique et ennuyeuse est révolu. Les chercheurs s’associent aujourd’hui à des médiateurs, des designers, des vidéastes et des artistes de tous bords. Certains ont leur chaîne YouTube, d’autres créent des expositions thématiques, organisent des concours de vulgarisation scientifique, ou encore lancent des MOOC grand public. Leur approche est complémentaire de celle des médiateurs : ils viennent avec un vécu différent et sont attachés à la transmission des fondements même de la méthode scientifique, en particulier la démarche expérimentale.

Il vous sera proposé au cours de cette matinée d’explorer comment scientifiques et médiateurs pourraient optimiser les collaborations en mutualisant leurs créativités, leurs dynamismes et leurs imaginations pour partager les connaissances.

13h30 – 17h : L’engagement des publics dans les programmes de sciences participatives : à la cueillette des météorites !
Animé par Barbara Gollain, Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg et Asma Steinhauser, MNHN

À lire dans le bulletin de l’Amcsti : À la cueillette des météorites !

Partant d’un exemple concret, nous échangerons sur les enjeux des sciences participatives pour la recherche et la médiation scientifique et les modes de reconnaissance de l’engagement citoyen associés.

Il s’articulera autour d’échanges avec les acteurs des programmes FRIPON et Vigie-Ciel du MNHN, du Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg et du Planétarium Ludiver dans le Cotentin ; d’un atelier pédagogique pour vous familiariser avec les météorites, observer et manipuler ces objets rares ; de brainstormings sur les moyens de reconnaître l’engagement citoyen dans notre cadre spécifique ; et d’une cueillette de météorites aux abords du GANIL.

Intervenants :

Voir tous les intervenants
08:30 à 17:00

Lieu : Le Dôme
Animé par François Millet et Pauline Ducoulombier, Le Dôme

Les outils et la culture numériques ont fait découvrir et émerger de nombreuses pratiques collaboratives. Chacun d’entre nous est aujourd’hui en mesure d’imaginer, de contribuer, de tester, de fabriquer… de faire et partager avec d’autres.

À lire dans le bulletin de l’Amcsti : La CSTI à l’âge du faire

Un nombre grandissant d’équipements culturels, de collectivités, d’entreprises ou d’équipes de recherche invitent les professionnels comme les amateurs à venir concevoir de nouveaux usages et services, à fabriquer de nouveaux objets et à imaginer de nouvelles réponses aux enjeux sociétaux et environnementaux. Qualifiées de recherche participative, d’innovation ouverte ou de LivingLab, ces initiatives font autant appel au design qu’aux démarches créatives, agiles ou aux FabLab.

Quelles sont les nouvelles pratiques et enjeux de médiation qui sont ainsi proposés aux CSTI ? Comment les hybrider à nos activités traditionnelles ? Comment reconnaître la participation et les apprentissages des publics et professionnels engagés dans de tels programmes ? Quelle place pour les recherches fondamentales dans ces démarches appliquées ?

D’autres questions seront soulevées et mises en pratique par les chercheurs, médiateurs et entrepreneurs qui interviennent dans ce parcours. Il permettra également de découvrir les méthodologies et programmes du Dôme.

Intervenants :

Voir tous les intervenants
08:30 à 17:00

Les bibliothèques, comme les livres, sous toutes leurs formes, sont des partenaires importants du partage des sciences.
On y trouve cependant une diversité des pratiques pour capter les publics lecteurs et les amener vers les sciences. Ainsi, ce parcours abordera les différentes manières d’envisager cette réciprocité entre acteurs et comment utiliser le livre pour des actions de médiation.

Mieux se connaître pour construire des projets commun entre médiateurs des bibliothèques et médiateurs scientifiques : c’est le défi lancé par ce parcours ! Quels points communs et quelles complémentarités existent pour enrichir les projets, notamment ceux destinés au public adolescent ?

L’après-midi sera consacrée au lien entre sciences et bande-dessinée : comment les acteurs de la CSTI peuvent-ils s’emparer de ce média ? Quelles sont est sa valeur ajoutée ? ses limites ? Comment la BD peut-elle contribuer à davantage d’engagement des publics et une reconnaissance de celui des chercheurs ?

Une visite thématique de la bibliothèque Alexis de Tocqueville est prévue dans ce parcours.

______________________________

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

Lieu : Bibliothèque Alexis de Tocqueville

8h30 – 12h30 : Médiation en bibliothèques : mieux se connaître pour construire des projets communs
Animé par Clara Belloc, Arbre des Connaissances et Catherine Cauchon, Bibliothèque Alexis de Tocqueville

À lire dans le bulletin de l’Amcsti : Médiation en bibliothèque

Le programme de la matinée interrogera la reconnaissance de pratiques professionnelles différentes entre les acteurs de la lecture publique et des cultures scientifique, technique et industrielle, en s’attachant plus particulièrement aux actions destinées au public adolescent. Comment monter des projets ensemble, en mettant en valeur des ressources complémentaires et des approches différentes, vers des objectifs communs ?

La découverte des objectifs, ressources, et actions des uns et des autres permettra une convergence vers la mise en place de projets communs, pour engager les publics vers les cultures scientifique, technique et industrielle.

13h30 – 17h : Sciences et BD font bon ménage !
Animé par Laurence Bordenave, Association Stimuli et Nicolas Beck, Université de Lorraine

À lire dans le bulletin de l’Amcsti : Sciences et BD font bon ménage !

Les initiatives se multiplient dans le domaine des sciences et de la BD : ateliers participatifs, mise en valeur des recherches de doctorants, ouvrages grand public… Comment les acteurs de la CSTI peuvent-ils s’emparer de ce média ? Quelle en est la valeur ajoutée et quelles sont ses limites ? Comment la BD peut-elle contribuer à davantage d’engagement des publics et une reconnaissance de celui des chercheurs ? Comment travailler avec des chercheurs ou doctorants pour réaliser une BD ?

La parole sera donnée à Ombelliscience, qui a expérimenté la BD avec des doctorants, ainsi qu’à un illustrateur du collectif Stimuli. Les échanges donneront l’occasion de discuter de ces pratiques pour que les acteurs de la CSTI s’emparent de ce média porteur et ouvert à un large public.

Intervenants :

Voir tous les intervenants
08:30 à 17:00

L’enjeu du discernement entre le croire et le savoir est au cœur de nos sujets. Comment les acteurs des CSTI, les chercheurs, les journalistes scientifiques peuvent-ils accompagner cette dynamique auprès de nos concitoyens ?

Aujourd’hui incontournables, les réseaux sociaux permettent à chacun de s’exprimer librement. Ils sont aussi un outil de propagation massive des infox et ouvrent la porte à des violences verbales importantes. Ce parcours portera sur la parole des citoyens et sur les différents moyens de créer des espaces de dialogue. Si la parole est libérée sur les réseaux sociaux, comment recréer des rencontres physiques et orchestrer les échanges ? Un enjeu fondamental pour une société de la connaissance !

Confrontés à une défiance grandissante envers les scientifiques et les médias, comment redonner confiance aux citoyens et enrichir leurs propre sens critique ? Quels avantages à intégrer la démarche journalistique dans le traitement de l’information et de l’actualité scientifique ? Des exemples concrets et des propositions seront explorés au cours de ce parcours.

______________________________

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

Lieu : Le Wip

8h30 – 12h30 : Les méthodes de dialogue citoyen révélatrices de l’esprit critique ?
Animé par Erwan Dagorne, 
Missions Publiques et Samuel Vernet, Université Grenoble Alpes

À lire dans le bulletin de l’Amcsti : Libération de la parole ou champ de bataille : pourquoi sommes-nous ambivalents face aux réseaux sociaux numériques ?

Les démarches participatives font le pari de la compétence de toutes et tous : l’expertise citoyenne.
Au cours de cette demi-journée, on s’intéressera à la prise de parole, à la fois sur les réseaux sociaux et dans certaines formes des débats. Il s’agira de regarder, à travers différents outils, les modalités de dialogue et de sa facilitation utilisées dans le cadre de démarches de démocratie participative (jury ou panel citoyen, débat participatif…). L’expérience montre qu’il n’y a pas de sujet trop technique ni polémique. Avec un cadre de dialogue rassurant, les participants partagent, réfléchissent, soulignent consensus et dissensus, se forment une opinion et/ou en changent.

Cependant, on voit apparaître des tensions fortes et parfois violentes sur les réseaux sociaux. Ils sont pourtant un territoire d’expression libre et accessible. Comment peut-on gérer cette tension ?
Le programme de cette matinée alternera apports de connaissances, échanges et expérimentation d’un cadre participatif.

13h30 – 17h : Les journalistes, acteurs de la culture scientifique
Animé par Marion Sabourdy, La Casemate et Frederic Desnoyers, Universcience

À lire dans le bulletin de l’Amcsti : Le blob, l’extra-média

Du développement des « infox » à la défiance envers les médias, de la violence (nouvelle) envers les journalistes aux théories du complot relayées très efficacement sur les réseaux sociaux, nos publics sont confrontés à des sources d’informations dont la fiabilité est mise en cause, à des publications aux intentions cachées ou douteuses. Il en va de même pour les sciences, soupçonnées de faire le jeu des lobbys industriels et financiers et trop souvent remises en question.
Face à ce constat, comment les journalistes scientifiques vivent-ils cette mutation ? Comment les professionnels de la CSTI s’organisent pour traiter l’actualité scientifique ? Sont-ils suffisamment armés pour relever ce défi de la confiance ? Quels sont les dispositifs et autres initiatives mis en place ?

Après une table ronde réunissant des professionnels du journalisme scientifique qui débattront des transformations et des évolutions du métier, participez à un atelier sur la démarche journalistique !
« Dans une heure, c’est la conférence de rédac’ : vous devez présenter un angle, des interlocuteurs, un mode de traitement d’un sujet scientifique. Que faites-vous ? Quelles sources, quel sujet, quel angle, quelle méthode choisirez-vous ? »

Intervenants :

Voir tous les intervenants
08:30 à 17:00

Les acteurs des CSTI sont fortement ancrés dans leurs territoires. Comment améliorer l’articulation entre intérêts de tous et de chacun ? Qu’apporte la structuration en réseau ? Comment renforcer et articuler les politiques publiques en prenant en compte les différentes parties prenantes ? Nous travaillerons à déterminer des outils communs afin de favoriser l’efficacité des actions territoriales.

Lors de leur inscription à ce parcours, les participants devront choisir entre les deux sous-parcours suivants.

Animer son réseau
À lire dans le bulletin de l’Amcsti : Cultiver les sciences en réseaux

Structurer et animer des réseaux d’acteurs sur son territoire : comment faire ? Ce parcours permettra de partager des modèles qui fonctionnent et de travailler sur les questions fondamentales : la mutualisation, la non-concurrence, les outils à mettre en place, la reconnaissance de l’engagement de chacun… Quels retours d’expériences sur les territoires ?

Bâtir les politiques
À lire dans le bulletin de l’Amcsti : Bâtir les politiques publiques de CSTI en région

Les collectivités territoriales ont un rôle accentué dans les politiques publiques de la culture scientifique, que l’on peut retrouver dans des champs variés en plus de la recherche ou de l’enseignement supérieur, comme par exemple dans l’éducation, la citoyenneté, de développement économique, l’orientation, la formation, la santé ou encore l’environnement… Comment se saisir de ces nouvelles opportunités ? Des exemples de stratégies développées dans plusieurs régions françaises seront proposés et discutés.

______________________________

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

Lieu : Site archéologique de Vieux-la-Romaine

Sous-parcours A : Structurer et animer le réseau des acteurs de la CSTI sur un territoire (30 places disponibles)

Animé par Audrey Bardon, Science Animation et Hélène Brignon, astu’sciences

À travers ce moment d’échange, il s’agira de partager les expériences des différents territoires dans l’animation du réseau d’acteurs des CSTI. Comment favoriser les rencontres et échanges ? Comment mutualiser les ressources ? Comment la structuration d’un tel réseau permet de déployer plus largement la culture scientifique et technique ? Et comment reconnaître et valoriser l’engagement de chacun ?

Sous la forme d’ateliers participatifs, ce sous-parcours débutera par une réflexion sur la perception d’un réseau puis se poursuivra sur la question des outils d’animation.

OU

Sous-parcours B : Acteurs de CSTI / institutions : quelles relations, quels enjeux ? (20 places disponibles)
Animé par Raphaël Dupin, Cap Sciences et Raphaël Degenne, Ombelliscience

La CSTI est une politique publique. Les opérateurs peuvent avoir un rôle de prescripteurs, de conseil, d’observation, de coordination territoriale, d’évaluation… Cet atelier vise à explorer ces relations acteurs / institutions et à enraciner la CSTI comme un enjeu politique majeur.

Comment concilier différentes postures : agence de ressources et de moyens, réseau d’acteurs, « bras armé » de la mise en œuvre d’une politique régionale, évaluateur ? Comment articuler efficacement des actions de concertation impliquant les acteurs d’un réseau régional avec des actions de lobbying auprès de décideurs politiques ? Comment inscrire la CSTI dans les budgets gérés par les régions ? Dépenses d’intervention, subventions d’équipement et dépenses d’investissement, programmes européens FEDER-FSE et FEADER, CPER…
Auprès de qui faire du lobbying et avec quels outils et quelles méthodes ? Comment s’inscrire dans les politiques publiques sans devenir un acteur politisé ?

Ce temps de travail proposera de partager des expériences et des pratiques sur la capacité d’émettre des concepts, de diffuser des messages persuasifs, de mettre en œuvre des actions. Avec quels effets ? Quels impacts ? Quelles réussites et quels écueils à éviter ?

Après une mise en commun des travaux des deux groupes, ce parcours se clôturera par une visite du site archéologique de Vieux-la-Romaine.

Intervenants :

  • Audrey Bardon, Responsable du pôle Animation de réseaux et Communication et directrice adjointe, Science Animation
  • Hélène Brignon, Chargée de projets Développement des ressources, formation et Exposciences Clermont-Ferrand, astu’sciences
  • Raphaël Degenne, Directeur, Ombelliscience
  • Raphaël Dupin, Directeur, Cap sciences
Voir tous les intervenants
17:30 à 19:30

Moment important de la vie de notre association, l’assemblée générale est consacrée à la présentation de la vie du réseau. Ce temps est essentiel afin que les actions conduites soient bien le reflet des besoins exprimés par les membres.

19:30

Soirée festive

09:00 à 11:30

7 conférences courtes (30 min) répétées 3 fois en petits effectifs.

La participation aux conférences se fait sur place, sans inscription préalable.

1. Connaissance et publics : multiplier les opportunités de médiation

Il sera ici question du parcours type d’un conférencier au muséum du Havre et la manière dont on va multiplier les canaux de diffusion auprès des pu- blics. Comment faire en sorte de toucher des publics variés, dans des tem- poralités et des usages différents ? C’est la notion d’optimisation appliquée à la diffusion du savoir, dans le sens le plus positif du terme. Ou comment faire de la venue d’une personne porteuse de connaissance un événement riche et une opportunité de médiation pour le plus grand nombre de personnes possible.

Par Alice Michonnet, responsable développement des publics au muséum d’Histoire naturelle du Havre

2. De l’idée au projet : entreprendre ensemble sur le territoire

Nés de la volonté d’Aix-Marseille Université de valoriser les spécificités de ses sites délocalisés, les Pôles d’innovation territoriaux (PIT) de Digne, Arles et Aubagne visent à promouvoir l’innovation en contribuant à rapprocher les chercheurs et le tissu socio-économique local. À Digne, l’équipe Patr’immat accompagne les acteurs concernés par la question des patrimoines immatériels, en proposant une méthodologie d’inventaire

permettant non seulement de référencer leur patrimoine immatériel, mais également de le mettre en valeur et de bénéficier ainsi d’un outil d’attractivité de leur territoire.

3. Des manips pour apprendre et s’amuser… ou l’inverse ?

Par Alexis Durand Janson, dirigeant de Prima Terra, Jean-François Gombert, coordinateur du Pôle d’innovation territorial de Digne et Laëtitia Lasagesse, chargée de transfert à la SATT Sud-Est

La gamification, l’immersion sont développées pour engager plus activement les publics dans la découverte d’une exposition, mais comment doser ces éléments à bon escient dans un parcours didactique rythmé et équilibré ? Comment mieux prendre en compte et caractériser la dimension « fun » dans la relation visiteurs/manips ?

À travers des retours d’expériences et le partage de réflexions en cours, cette mini-conf’ souhaite ouvrir un espace de dialogue autour de la conception de dispositifs interactifs.

Par Bruno Baechler, chargé de projets culturels/muséographie au Vaisseau

4. Filles et mathématiques, une équation lumineuse ?

Chimie du maquillage, défilé en blouse blanche et lunettes de travaux pratiques… Certains stéréotypes de genre sont encore utilisés pour tenter d’attirer les jeunes filles dans les études supérieures scientifiques. En effet, dans certaines disciplines scientifiques, les femmes sont nettement moins représentées que les hommes. Nous vous invitons donc à réfléchir à la problématique de la parité dans les études et métiers scientifiques, et en particulier en mathématiques et en informatique.

Par Elsa Masson, chargée de projets et de communication pour l’association Animaths

5. Penser, agir pour et avec les publics

Sous forme d’une discussion entre Pierre-Antoine et Ludovic, cette rencontre se verra ponctuée de la présentation d’expériences menées dans les 2 établissements. Les questions sur la place des publics dans le musée seront au cœur de cette rencontre : Comment peut-il être partie prenante de la programmation du musée, quels en sont les intérêts, quels sont les retours d’évaluation ?

L’exposition « Moches ! » du muséum aquarium de Nancy et de « Pôles, feu le glace » du muséum de Neuchâtel serviront d’illustration.

Par Pierre-Antoine Gérard, directeur du Muséum-Aquarium de Nancy et Ludovic Maggioni, directeur du muséum d’Histoire naturelle de Neuchâtel

6. La reconnaissance des chercheurs et étudiants vulgarisateurs : questionnements et propositions
Parmi les préconisations fréquemment listées pour inciter les chercheur·e·s à s’engager dans des actions de CSTI, les incitations liées à la reconnaissance institutionnelle des chercheurs nous questionnent. Des études sériant des facteurs prédicteurs de l’intention de vulgariser montrent que ces leviers ne sont pas efficaces. Mais au-delà de l’efficacité, nous interrogeons le sens d’actions de CSTI qui seraient essentiellement motivées par des intérêts de reconnaissance institutionnelle.

À travers des exemples, nous proposerons de réfléchir à ce qui se joue pour les chercheur·e·s. Concevoir des actions à bénéfices réciproques, non seulement favorise l’engagement des chercheurs, mais – plus important – engage les chercheurs à mobiliser plus de créativité et savoir-faire.

Sans bannir la reconnaissance institutionnelle des personnes, nous proposons donc de mieux connaître l’intérêt de certaines actions de CST et pourquoi par le reconnaître !
Par ailleurs, les étudiant·e·s associatif·ve·s sont de plus en plus tourné·e·s vers une diversification de leur offre d’actions et de services pour leurs adhérents. Ainsi, et grâce à l’AFNEUS, ces dernier·e·s sont toujours plus impliqué·e·s dans des projets de CSTI. Mais l’engagement associatif des étudiant·e·s n’est pas ou peu reconnu, ainsi quels sont les avantages, les risques et les freins de l’engagement étudiant ?

La réponse à cela pourrait permettre une massification des actions à destination des étudiant·e·s de toutes filières et une large diffusion des CSTI au sein de nos universités.

Par Lionel Maillot, directeur du réseau des Experimentarium et Guillaume Herrault, président de l’AFNEUS

7. Rayon Science : Des centres de science « pop up » au cœur des quartiers
Tendance grandissante en Europe, les centres de sciences « pop up » s’implantent de façon éphémère au cœur de certains quartiers en transformant des magasins vides en espaces propices à l’engagement des publics. Ce format permet d’atteindre les publics dans les lieux qu’ils fréquentent déjà, en s’inscrivant directement dans le dynamisme de proximité. Mais ces centres de science « pop up » permettent-ils d’atteindre tous les publics du champ social ? Notre projet « Rayon Science » apporte des réponses…

Par Axelle Hubert, chargée de projets chez TRACES

11:30 à 12:30

Plus d’informations à venir prochainement.

14:00 à 17:30

Nouveauté : pour finir le congrès, l’Amcsti et Le Dôme vous proposent 3 visites de sites en Normandie, au choix :

  • Ville historique de Caen
  • Mémorial et Château de Falaise
  • Atrium de Rouen

Envie de prolonger votre séjour en Normandie ? Un ensemble de propositions touristiques pour le weekend sera prochainement disponible sur notre site, avec notamment les suggestions personnelles de l’équipe du Dôme !

Restitution

Retour sur le congrès

Revivez le 37è congrès de l'Amcsti en photos, vidéos, tweets...

Voir les restitutions
Présentation

[Re]connaissance

Tout savoir sur le 37è congrès de l'Amcsti

Informations et inscriptions
Programme

Programme

Parcours thématiques, réseautage, conférences, open badges, visites... Demandez le programme !

Voir le programme
Intervenant·e·s

intervenant·e·s

Retrouvez la présentation des intervenantes et intervenants de ce 37è congrès.

Voir les intervenant·e·s
Badges

Badges ouverts numériques

Pour cette édition, l’Amcsti et Le Dôme vous proposent de découvrir les badges ouverts numériques (ou open badges), outils de reconnaissance des apprentissages informels et des engagements.

En savoir plus sur les open badges
Parcours

Bulletin : zoom sur les parcours

Une sélection d'articles pour découvrir les thématiques qui ont été abordées lors des parcours du congrès 2019, construits par des membres du réseau de l'Amcsti.

Lire les articles
Formats

Lexique du congrès

Parcours, Foire aux projets, Minute coop', soirée réseautage, Bourse aux talents, mini-conférences... Que se cache-t-il derrière ces différents formats ?

En savoir plus